Merci pour les souvenirs, Yellowstone Downs

  • Post author:
  • Post category:Non classé
  • Post comments:0 commentaire

C’était triste de voir les vidéos de la tribune géante de MetraPark s’effondrer à la fin de 2020. Yellowstone Downs était ma maison pendant 17 ans alors qu’il couvrait les courses de chevaux pour The Gazette.

Le directeur de course Ben Carlson m’a fourni un laissez-passer tout accès, et j’ai passé beaucoup de temps dans les entrailles des tribunes et dans les granges délabrées à l’arrière à interviewer des jockeys, des entraîneurs, des propriétaires et des fans de course.

Les courses de chevaux ont toujours été dans mon sang. Ma mère, Jayne, a dirigé un site de paris hors piste pour Emerald Downs (Seattle) pendant des années. Les dernières courses à Yellowstone Downs ont eu lieu en 2011. Elles sont restées populaires jusqu’à la fin, mais l’industrie a cessé d’être financièrement saine.

Il sera intéressant de voir ce qui apparaît à l’endroit où se trouvaient les tribunes pendant plus de 70 ans. Les courses de chevaux feront-elles à nouveau partie de l’avenir? – Bill Bighaus


FACTURATION – La tribune spacieuse MetraPark, surplombant la piste de course de chevaux anciennement connue sous le nom de Yellowstone Downs, doit être démoli bientôt.

Ce sera vraiment un moment triste pour moi lorsque cette partie de l’installation de course en ruine mord officiellement la poussière. S’écraser avec lui sera tout espoir de relancer le sport populaire localement.

J’ai passé la majorité de mes derniers étés sur la piste pendant 17 ans, de 1995 à 2011, à couvrir les grands gagnants sur l’ovale de The Gazette, ainsi que les foules enthousiastes remplissant les gradins imposants.

Avec des grands comme Honkey Tonk Kid, Columbus Merit et Fruit Rapport tournant pour la maison, une journée aux courses de chevaux était une très grande chose pour les fans, jeunes et vieux.

De nos jours, d’énormes lapins, non des pur-sang et des quarter horse, errent librement sur le terrain. Les oies nageaient dans des flaques de boue lors du premier virage de la piste lors d’une récente visite.

Le grand panneau de fourre-tout a disparu, tout comme la porte de départ et le rail intérieur.

L’endroit a maintenant l’air vieux et branlant, surtout avec les écuries battues par les intempéries à l’arrière. Les sections de la tribune et de l’ancien bureau de course en dessous présentent certainement beaucoup de détérioration.

Au fil des ans, cependant, la piste historique a été le cadre de grands chevaux, de grandes courses et c’était un endroit où j’ai rencontré des gens de course formidables.

C’étaient les jours, et c’est pourquoi dire au revoir est si difficile.

Si l’ancienne tribune en béton pouvait parler, elle serait d’accord avec moi.

Il en a beaucoup vu au cours des 70 dernières années, en particulier en ce qui concerne ce que l’on appelle affectueusement le «sport des rois».

Le public a afflué vers la piste pour regarder, parier et demander « Qui aimez-vous? » La tribune couverte était un endroit idéal pour regarder toute l’action lors de la plus grande compétition de course de l’État.

Le légendaire jockey Willie Shoemaker a même remporté quelques courses sur la piste le 13 août 1989.

Le quarter horse Eyes of Dawn et le paint horse Binion ont établi des records du monde à Yellowstone Downs alors qu’ils couraient au début des années 2000.

Eyes of Dawn a parcouru 300 verges en seulement 14,909 secondes en 2005. Binion a parcouru une distance de trois terrains de football en seulement 15,36 secondes en 2000.

« Cowboy » Jack Kaenel, qui a remporté les Preakness Stakes à l’âge de 16 ans à bord d’Aloma’s Ruler en 1982 au Pimlico Race Course à Baltimore, a couru sa dernière course à Yellowstone Downs en août 2007, terminant dernier sur Danish Colors.

Sur ce qui s’est avéré être le le dernier jour de course de l’installation le 18 septembre 2011, la fréquentation était de 5 318 personnes, avec encore de la place pour plus dans la tribune.

Malgré cette foule considérable, c’était en effet une période tumultueuse pour les courses de chevaux, aux niveaux local et national, avec un financement serré, un nombre de chevaux bas et une économie globale en difficulté.

Je n’ai pas vécu ici à l’apogée de la course dans les années 1970 et 1980, lorsque la course de Billings a duré jusqu’à 40 jours et a déjà géré un record d’État de plus de 5 millions de dollars pour une seule année, selon le livre de Brenda Wahler, Montana Horse Racing. : Une histoire.

La réunion des Billings lors de ce dernier été en 2011, déjà un souvenir lointain, a été un succès retentissant, cependant, et quelque chose sur lequel bâtir définitivement.

Personne ne quittant Yellowstone Downs ce jour-là n’aurait pensé que cela marquerait la fin d’une ère de courses locales datant de 1916.

Un pur-sang nommé We Love Ya Too a tonné devant la tribune sur son chemin vers la ligne d’arrivée et a fini par remporter ce qui serait la dernière course de la piste.

Il n’y aurait plus de sons traditionnels du clairon appelant les chevaux à la piste pour le défilé de l’après-midi.

Plus d’enfants le long de la rampe extérieure à la poursuite du jockey gagnant pour lui demander ses lunettes de course.

La grande zone située directement sous la tribune comprenait, entre autres, des fenêtres de paris, un bureau le jour de la course, des vestiaires pour les jockeys et le paddock.

Lors d’une récente tournée avec un employé de MetraPark, vous pouviez dire que le jour de la démolition descendait.

Mais la salle des jockeys abandonnée depuis longtemps avait encore des noms de famille familiers enregistrés sur les casiers et les zones de stockage: (Clay) Dunbar et (Kym) Espy, par exemple. Il y avait encore un panneau de fortune au-dessus des fenêtres de paris vous indiquant comment placer des paris.

Yellowstone Downs, qui a été exploité pendant ses 15 dernières années sur une base privatisée par un groupe de citoyens / bénévoles connu sous le nom de Yellowstone Horse Racing Alliance, a couru pendant quatre week-ends lors de la rencontre de 2011.

La piste comptait en moyenne 3 957 spectateurs et 87 034 $ en paris pendant huit jours de course. Près de 109 000 $ ont été misés le dernier après-midi.

Cependant, le Montana State Board of Horse Racing, qui supervise les pistes de l’état, a rencontré de graves problèmes financiers pendant l’intersaison. Le conseil a même suspendu temporairement toutes les diffusions simultanées, tout en se battant avec un entrepreneur de diffusion simultanée.

En raison d’un manque de financement, l’État n’a pas été en mesure d’aider à soutenir la formule à succès de Yellowstone Downs consistant à organiser huit jours de course et 10 courses par jour à la fin de l’été 2012.

Il n’y a pas eu de course depuis lors. Et en raison de la crise des coronavirus, il n’y aura pas de course en direct dans l’État cet été.

La YHRA a couru les courses à Billings de 1997 à 2011 après que le comté se soit retiré du secteur des courses à la suite de la campagne de 1996, qui a perdu 80 000 $.

Ils ont loué la tribune, la piste et les granges du comté et l’ont appelé Yellowstone Downs. Ils ont accompli beaucoup, après avoir surmonté de nombreux dangers et problèmes en cours de route.

Ben Carlson, un gentil homme et un homme d’affaires / plombier avisé, était l’un de ceux qui sont intervenus à la rescousse. En tant que membre de la YHRA, il a également été directeur des courses de la piste de 1998 à 2011.

Carlson, qui a réussi à prolonger l’héritage des courses de chevaux de Billings pendant 15 ans, est décédé en 2018.

Les derniers jours de gloire de la piste ont également bénéficié des efforts du président de la YHRA Jim Espy, du directeur du bureau Lou Wojciechowski, de la secrétaire des courses Holly Burrows et surintendant de la grange Frank Sherman.

Cloyd Hudson a dirigé l’équipe de départ pendant de nombreuses années.

Trois de mes favoris dans la colonie jockey, Kym Espy, Dan Kistler et Jeff Jones, étaient parmi les têtes d’affiche locales chevauchant comme des fous lors de cette dernière saison.

Avec ses deux jeunes fils, Dalton et Tristan, parmi ceux qui l’ont encouragé, Jones, 50 ans, a remporté les trois derniers titres de leader à Yellowstone Downs. Il a succombé à un cancer du cerveau en 2015.

Espy, qui a roulé à plusieurs reprises à Billings depuis 1986, était une coureuse de tête à quatre reprises, son dernier championnat ayant eu lieu en 2006 et couronnant un triplé.

Connue pour son courage et sa compétitivité, Espy, à 46 ans, laissait entendre que 2011 pourrait être sa dernière saison de course sur la piste de sa ville natale., où elle a remporté quatre courses consécutives un après-midi de septembre 2005.

Malheureusement, Espy n’a jamais reçu le bon envoi et le salut final qu’elle méritait, mais restera toujours une grande partie du folklore de la piste.

Ensuite il y a Kistler, une machine de course de Worden voisine, qui figurait toujours sur les photos de victoire à 64 ans et à la recherche de plus.

Ils ne seront jamais oubliés, avec Entraîneur Sidney Doug Johnson, qui portait toujours des chaussures de tennis pendant qu’il travaillait avec son écurie de chevaux formidables, et Mike Taylor, un autre entraîneur de grande renommée de Rigby, Idaho.

La tribune et la piste, qui ont également accueilli des rodéos et des sports mécaniques, ont toujours été des biens immobiliers prisés dans le cadre du parc des expositions MetraPark.

Ce qui sera maintenant fait avec la terre reste à déterminer.

Après des décennies à assister à des courses de chevaux et à voir les gens travailler dur pour en faire un succès, il va être difficile pour moi de voir la piste devenir une zone de démolition dans les mois à venir.

Si longtemps, Yellowstone Downs, tu vas me manquer.

Laisser un commentaire