La saison de baignade commence à l’ombre d’une pandémie | Sports locaux

  • Post author:
  • Post category:Non classé
  • Post comments:0 commentaire


HARPERSFIELD TOWNSHIP – À l’intérieur ou à l’extérieur, dans les airs ou même dans l’eau, COVID-19 a secoué le paysage sportif du lycée.

La natation n’a pas fait exception.

Les nageurs qui auraient normalement frappé l’eau il y a environ trois semaines pour commencer la saison ont vu leur premier aperçu de la vraie compétition vendredi soir.

Genève, Lakeside et Pymatuning Valley se sont réunis au Spire Institute pour une rencontre remplie de rappels de ce que 2020 restera à jamais dans les mémoires.

Trois rencontres par équipes seront probablement la norme pour la saison de natation, car les précautions apportées par la pandémie ont éloigné le sport des grandes compétitions.

En plus de moins de monde dans la piscine, il y aura aussi moins de ventilateurs dans les gradins. Les nageurs debout au bord de la piscine applaudissant leurs coéquipiers ne seront pas non plus vus. Les chiffres dans le comté d’Ashtabula sont également en baisse.

« C’est juste une sensation différente tout autour de cette année », a déclaré l’entraîneur des Lakers Scott Keller avant la compétition. «Nous allons mettre 50 à 75 enfants dans l’eau. Il y a des limites pour les spectateurs à cela.

«C’est frustrant pour les nageurs, c’est frustrant pour les parents parce qu’ils veulent venir soutenir le programme. C’est une lutte cette année, mais nous y arrivons.

PV est la seule école de la Northeast Athletic Conference (NAC) avec une équipe de natation. Où et quand ils nageront ensuite est en question, car le calendrier semble être un travail en cours.

«C’est assez précis», a déclaré Keller. «Nous nageons de manière indépendante et historiquement, nous nageons beaucoup de grands sur invitation. Celles-ci ne se produisent pas cette année, alors les entraîneurs prennent l’initiative d’organiser ces petites compétitions doubles.

La difficulté de planifier les rencontres soulève également la question de savoir si les nageurs ont suffisamment de compétitions pour se qualifier pour les sections.

Mis à part les difficultés de calendrier, la pandémie semble avoir affecté le nombre de programmes à travers le comté.

Les problèmes de sécurité peuvent être un problème, mais les systèmes scolaires qui sont passés à l’apprentissage à distance enlèvent aux entraîneurs des chances de travailler dans les couloirs à la recherche de qui pourraient être intéressés à sortir.

Keller a déclaré que la PV était en baisse d’environ 20%.

Au cours des années passées, Lakeside et Genève ont eu le plus de nageurs de programmes départementaux.

Cependant, l’entraîneur des Dragons, Maureen Surbella, a déclaré qu’elle comptait environ la moitié des participants comme d’habitude, mais que ceux qui sont sortis sont plus que prêts à intervenir.

« L’effet est plus dans le corps que l’esprit et l’âme », a déclaré Surbella. «Nos chiffres ne sont pas là où nous sommes habitués, car certains peuvent ne pas être à l’aise avec la natation pendant une pandémie. Mais, en fin de compte, notre cœur est là et notre esprit est exactement là où nous devons être.

Genève ne savait même pas si elle serait autorisée à nager, mais la commission scolaire a pris la décision d’approuver la participation des Eagles mercredi soir.

Ils ont également vu leurs horaires de pratique interrompus tout au long du mois précédant la saison.

L’entraîneur Julie Mirabell a déclaré qu’en dépit des distractions, les nageurs ont continué.

«Il ne fait aucun doute que la pandémie a eu un impact», a déclaré Mirabell. «Nos nageurs sont cependant très dévoués. Ils vont faire tout ce qu’il faut et nous allons faire tout ce qu’il faut pour avoir une saison réussie.

Comme Lakeside, Genève est en baisse considérable en nombre. Une lueur d’espoir à cette réalité, cependant, est que les nageurs qui sont à l’extérieur ont de nombreuses opportunités.

«Nous attendons avec impatience les petites compétitions à bien des égards», a déclaré Mirabell. «Le cadre le plus intime et la participation de plus de nos enfants. Il y a une sensation éclectique et excitante autour de ces plus grandes compétitions, mais je pense qu’ils attendent avec impatience la plus intime et la familiarité des petites rencontres.

Les petites rencontres et les plus petits nombres signifient également de plus grandes opportunités pour ceux qui sont là.

«Chaque nageur va nager dans une épreuve universitaire et c’est excitant, en particulier pour les enfants qui ont aspiré à cela, pour l’occasion d’écrire, de représenter leur école, c’est excitant», a déclaré Surbella.

C’est excitant pour les enfants, et même avec le sacrifice des spectateurs et l’incertitude des horaires et d’autres facteurs, les trois entraîneurs se disent excités pour la saison, quoi que cela puisse apporter.

«Nous sommes ravis que les enfants vivent cette expérience», a déclaré Surbella. «Nous parlons de gratitude tout le temps et nous sommes très reconnaissants. Je n’arrête pas de dire au nageur que nous vivrons chaque expérience comme une expérience familiale, donc ce sera une expérience merveilleuse.



Laisser un commentaire